Le jour d'après : optimisme sur le marché de l'immobilier pour 7 français sur 10

Soumis par Virginie VOLATIER le mar 19/05/2020 - 09:46

La crise sanitaire provoquée par la propagation du COVID 19 a imposé à tout-à-chacun de mettre en standby son projet d'achat ou de vente immobilier·ère.

Par la force des choses, l'activité immobilière s'est arrêtée, la signature d'actes repoussée et la production de crédit ralentie.

Malgré tout, l'optimisme des français, jusque-là mis à rude épreuve, reste positif : une étude conduite au mois d'avril 2020, montre que 7 français sur 10 sont confiants pour l'aboutissement de leurs projets de vente ou d'acquisition d'un logement. Plutôt que de renoncer à leur projet, les français l'ont simplement repoussé.

 

Immobilier et confinement PAP
Source SeLoger et Kantar TNS

Reste à savoir si le budget des achats immobilier resteront inchangés. Pour les futurs acquéreurs, l'étude montre que 86% des acheteurs pensent que leur budget immobilier n'a pas bougé depuis la mise en place du confinement malgré que leur situation financière ai été impactée (chômage partiel ...). Une majeure partie de Français table d'ailleurs sur une baisse du prix de l'immobilier inférieur à 10%. Ces résultats d'avril 2020 contrastent véritablement avec ceux menés en février 2020 lesquels mettaient en avant qu'un peu moins de la moitié des Français misaient sur une augmentation des prix de vente.

La production de crédit tourne au ralenti. Les deux premiers mois de l'année 2020 ont été moroses, un mois de mars très perturbé à cause du Covid19 et un mois d'avril marqué par un recul de l'activité. Les conditions d'octroi  de crédit avaient été durcies par la Banque de France et le Haut Conseil de Sécurité Financière (HCSF) : le taux de 33% d'endettement à ne pas dépasser est désormais la règle d'or et l'apport personnel est fortement plébicité.

Observatoire Crédit Logement Trimeste un 2020
Source Observatoire Crédit Logement 1er Trimeste 2020 - 23 avril 2020

En avril 2020, le taux moyen d'emprunt reste encore sous l'inflation comme cela se constate depuis maintenant deux ans. Les taux d'emprunt ont sensiblement augmenté durant cette crise sanitaire mais cela reste une petite progression : en terme de capacité d'emprunt, la hausse modérée des taux ne modifie pas considérablement les mensualités des emprunteurs. La hausse des taux reste contrôlée et devrait se stabiliser.

Les français reprennent donc le chemin de l'immobilier pour concrétiser leur projet dans les meilleures conditions.